Film d’animation d’Anthony Silverston (Afrique du Sud – 2013 – 1h25)

 

KHUMBA-Affiche-France unePour Khumba, un jeune zèbre né avec seulement la moitié de ses rayures, la vie est un peu plus noire que blanche. Le malheureux est rejeté par son troupeau trop superstitieux, et c’est lui que tout le monde tient pour responsable de la sécheresse soudaine qui frappe tout le territoire.

Avec l’aide d’un gnou culotté et d’une autruche extravagante, Khumba se lance à travers le désert de Karoo pour découvrir le trou d’eau où la légende dit que les premiers zèbres ont reçu leurs rayures.

Sur sa route, il va multiplier les rencontres, mais avant de pouvoir revenir chez lui, il devra affronter bien des épreuves et vivre beaucoup d’aventures. Ses rayures, Khumba va devoir les gagner !

 

Critique “Culturebox”

En voilà une jolie fable. “Khumba” signifie “peau” en zoulou. Et la peau, c’est justement le problème de ce zèbre à qui il manque quelques rayures pour être comme les autres. Lui qui subit les railleries de ses camarades et se considère responsable des malheurs de son clan, va finir par accepter sa différence et s’imposer tel qu’il est. Un message sur la tolérance, le respect des différences, auquel les jeunes spectateurs adhèrent avec enthousiasme. Pas inutile par les temps qui courent.Après le joli “Drôles d’Oiseaux” (qu’Anthony Silverston avait écrit en produit en 2011), la filière sud-africaine du film d’animation se signale à nouveau par la qualité de ses productions.

Le travail graphique reste remarquable, les paysages sont somptueux, très réalistes. Les personnages particulièrement travaillés et réussis. Et “Khumba” recelle d’excellentes idées scénaristiques. Sans oublier une bande-son pleine de fraîcheur et de brio (avec les voix d’Elie Semoun et des comédiens du Jamel Comedy Club pour la version française). Hollywood n’a qu’à bien se tenir !

Pricing table with id of "khumba" is not defined.