Film d’Animation de quatre courts-métrages (France – 2012 – 0h45)

 

Film “Ciné-Mômes” : 4 euros pour tous

Parfum de la carotte affiche uneFilm recommandé à partir de 3 ans

Le Parfum de la Carotte de Rémi Durin et Arnaud Demuynck (27min)
Lapin et Écureuil sont voisins et amis. Ils sont aussi gourmands et bons vivants. Mais des différences de goût les mènent à la dispute. L’Écureuil, fâché, déménage de nuit et se fait attraper par un renard…La Confiture De Carottes d’Anne Viel (6min)
Deux amis lapins, en plein hiver, voient leur réserve de confiture de carottes épuisée. Mais qui a dit que les carottes ne se trouvent que dans les jardins ? Certainement pas l’oncle Robert qui leur a légué une précieuse carte au trésor…La Carotte Géante de Pascale Hecquet (6min)
Une souris est poursuivie par un chat qui est poursuivi par un chien qui est poursuivi par une petite fille qui est grondée par sa mammy qui se fait bougonner par le papy qui fait sa soupe et a besoin d’une carotte…Le Petit Hérisson Partageur de Marjorie Caup (5min)
Un petit hérisson trouve une pomme magnifique dans la forêt. Il la roule derrière un rocher pour faire bombance à son aise. Mais voilà que s’invitent au festin d’autres petits gourmands…

 

 

Critique “Critikat.com”

Avec l’éclosion des émissions télévisées consacrées à la cuisine, l’intérêt porté par le documentaire à la malbouffe et le souci de la société en général pour ce qu’elle mange, cela devait arriver : même le cinéma très jeune public est gagné par la mode culinaire. Le Parfum de la carotte est un programme de courts-métrages d’animation dont le sujet tourne autour de la nourriture : Un hérisson cherche un endroit tranquille pour déguster son déjeuner, toute une famille, du père aux animaux domestiques, unissent leur force pour déterrer une carotte, deux lapins venus à bout de leurs réserves de confiture de carotte nous en livrent la recette en chantant. Ces très courts films unis par leur thématique et par une même légèreté utilisent des techniques d’animation différentes. Le grand soin apporté aux génériques (le voyage des petits lapins qui partent à la recherche des meilleures carottes dans La Confiture de carottes) tend à les intégrer totalement aux films, qui, dans leur format extrêmement réduit, se présentent davantage comme des comptines que comme des récits, ce que leur structure ne dément pas : Le Hérisson partageur est construit sur un effet de répétition qui tient de la ritournelle, et La Carotte géante fonctionne lui selon le principe de l’accumulation. Ces trois mises en bouche sont très charmantes et de très bon goût.

Le clou du spectacle réside dans Le Parfum de la carotte, comédie musicale forestière, qui met en scène les rongeurs contre le carnivore renard et sa compagne, poétesse qui se nourrirait volontiers d’amour, d’eau fraiche et des quelques alexandrins. Histoire d’une amitié de voisinage contrariée puis réconciliée entre un écureuil et son nouveau voisin, un lapin féru de petits plats. Le rongeur est excédé par l’odeur lancinante de gâteaux qui s’échappe en permanence des fourneaux de son ami. Cuisinant sans relâche, le lapin cherche à se rabibocher à son compère en confectionnant un cake d’amabilité, référence à l’univers fabuleux de Peau d’âne de Jacques Demy. Mêlant voix de comédiens (Agnès Jaoui et Jean Baptiste Marcenac) et voix d’enfants, le film se fonde sur l’opposition entre les tenants de cette « maudite chaîne alimentaire », comme le chante le lapin. Si le récit est parfois un brin conventionnel, l’ensemble reste extrêmement soigné.

 

Pricing table with id of "carotte" is not defined.