Film de John Carney (Etats-Unis – 2014 – 1h44) avec Keira Knightley, Mark Ruffalo, Hailee Steinfeld…


NEW YORK-MELODY-Affiche-France affiche une– Film proposé en Version Originale Sous-Titrée

Gretta et son petit ami viennent de débarquer à NYC. La ville est d’autant plus magique pour les deux anglais qu’on leur propose de venir y vivre pleinement leur passion : la musique. Le rêve va se briser et l’idylle voler en éclat quand, aveuglé par la gloire naissante, il va la plaquer pour une carrière solo et… une attachée de presse.

Ses valises prêtes et son billet de retour pour Londres en poche, elle décide de passer une dernière nuit à New York avec son meilleur pote. Ce dernier l’emmène dans un pub, la pousse sur scène et la force à chanter. Dans la salle un producteur s’adonne à sa plus dangereuse passion : l’alcool. Revenu de tout, du succès et de sa gloire passée, amer, rancunier, il a perdu le fil de sa vie,… Et soudain il entend cette voix, découvre cette grâce, ce talent brut et authentique… Une rencontre enchantée qui pourrait finir en chansons…

 

 

Critique « aVoir-aLire.com »

Malgré une affiche et un titre « français » peu affriolants, New York Melody détourne les codes du genre musical. A l’instar de ses personnages principaux, le réalisateur John Carney signe un film à part, délicat, tout en légèreté et en profondeur à la fois, ton qui faisait déjà la force de son précédent opus, le superbe Once.

Dans New York Melody, point de duo vocal mais le tandem improbable formé par Mark Ruffalo et Keira Knightley, dont l’alchimie et la complicité crèvent l’écran. Elle, apporte une surdose de fraîcheur, en artiste naïve délaissée par son compagnon à la célébrité soudaine (Adam Levine), tandis que lui, loser alcoolique et solitaire, expose son côté sombre.
Par leur complémentarité et leur célibat commun, ils se croisent, se rencontrent et collaborent pour mieux créer. A mesure que le projet d’un album musical prend forme s’instaure entre eux un lien étroit, indicible, qui dépasse professionnalisme et amitié sans jamais dériver vers l’écueil d’une attirance trop prononcée.

En effet, ces deux là se sont trouvés en même temps qu’ils ont trouvé comment donner sens à leur vie. Et ça fonctionne, avec un jeu subtil et créatif, des enregistrements superbes dans les rues de New York et une authenticité qui traverse l’image de part et d’autre, à travers une mise en scène qui s’évertue à placer sur un pied d’égalité chacun des protagonistes.
Car Keira ne porte pas seulement à ravir le costume d’époque mais aussi le style casual du garçon manqué, qui se moque éperdument du star-system et vise l’accessibilité de sa musique. Avec un joli (et inattendu) brin de voix, la jeune fille sage de Pirates des Caraïbes et Orgueil et Préjugés fait une entrée fracassante dans le 21ème siècle, sur un ton légèrement social et très groovy. Pas de doute, ce film a du swing !

Critique « La Croix »

Gretta et Dave forment un couple uni : ils s’aiment follement, écrivent ensemble des chansons et viennent tous les deux de Londres à New York lorsqu’une maison de production invite Dave.

Mais le succès lui permet d’entrevoir une vie différente et il met brutalement fin à leur relation. Gretta prend aussitôt un billet retour. La veille de son départ, alors qu’elle assiste au concert d’un ami dans un petit club, il l’invite à chanter sur scène.

Le public ne lui accorde guère d’attention, mais, Dan, un producteur de disques passablement éméché, vient lui dire son enthousiasme. Il veut qu’elle signe avec son label. Il n’a oublié qu’un détail : il a été mis à la porte le matin même de la maison qu’il a fondée.

John Carney signe un feel (very) good movie – « un film qui réchauffe le cœur » – avec trois ingrédients efficaces : l’amour, la musique et New York. Dan et Gretta, nos deux éclopés de la vie donnent sens à l’expression « synergie potentialisatrice », chère à l’industrie pharmaceutique : les deux éléments provoquent ensemble plus d’effets que la somme de chacun séparément.

Gretta qui jusqu’à présent n’avait joué et chanté que pour son plaisir accepte le défi de Dan : faute de label et de studio, enregistrer un album dans New York pour capter l’énergie de la ville, avec des musiciens dont il a jadis lancé la carrière.

De son côté, elle l’aide à retrouver confiance en lui, à renouer avec sa fille adolescente et son ex-femme dont il demeure amoureux. New York s’affirme comme davantage qu’un décor. Broadway est partie prenante de la complicité naissante du duo.

Une arrière-cour de Brooklyn, Central Park, un quai de métro et une terrasse face à l’Empire State Building offrent quelques-uns des cadres sonores (et visuels) des chansons de Gretta.

Emporté par la belle folie de ses personnages, principaux et secondaires, le film accroche durablement le sourire sur le visage des spectateurs. Si certains s’agacent par moments d’un trop-plein de bonheur, les autres se laisseront submerger par cette vitalité joyeuse qu’appuie une bande originale impeccable.

S’y ajoutent une belle image et quelques jolies idées de réalisation comme la scène du club revue sous différents angles. Keira Knightley, dont on découvre les talents vocaux, et Mark Ruffalo apportent un charme irrésistible à Gretta et Dan.

Pricing table with id of "melody" is not defined.