Film d’animation de Klay Hall (Etats-Unis – 2013 – 1h32)

 

planes affiche uneChaque jour, alors qu’il pulvérise des traitements agricoles sur les récoltes, le petit avion de ferme Dusty se prend à rêver qu’il pourrait voler en compétition au milieu des avions les plus rapides au monde. Seulement voilà, il n’a pas vraiment le gabarit d’un champion, et en plus, il est sujet au vertige ! Comme il n’est pas du genre à renoncer, Dusty fait appel à Skipper, un as de l’aéronavale, pour l’aider à se qualifier lors des éliminatoires du Grand Rallye du Tour du Ciel et ainsi défier sur son terrain Ripslinger, le redoutable tenant du titre. Et c’est au-dessus du monde de CARS, avec l’aide d’une hilarante flottille de casse-cou volants venus des quatre coins de la planète, que Dusty va déployer ses ailes pour relever, sous les yeux des spectateurs du monde entier, le plus grand défi de sa vie…

 

 

Critique “aVoir-aLire.com”

C’est peut-être parce qu’on n’en attendait rien que le spinoff aérien de Cars se révèle une surprise appréciable. Exit la centaine de millions de dollars de son sequel, produit calibré pour générer des tonnes de ventes de jouets, le budget de Planes est réduit, d’ailleurs ce n’est plus Pixar qui est au pilotage, mais une filiale DTV de Mickey, Disney Toon Studios, coupable de beaucoup de numéros 2 de classiques de la maison mère, et de la franchise increvable des Clochette. Forcément, c’est avec surprise que le film a pris son envol vers les 100M$ aux USA. Et on comprend pourquoi.

Production voulue à l’instar de Cars 2 comme une épopée internationale (bref, une course d’avion autour du monde) pour mieux s’exporter aux 4 coins du globe, le scénario de Planes est un pur prétexte marchand. Mais l’écriture s’allie ici au talent des techniciens pour mettre en orbite un produit enfantin qui vole loin des mers de la prétention, vers des espaces aériens libérés, où l’humour verbal et visuel est parfaitement mesuré pour ne pas “voler” la vedette à l’émotion et au suspense. Techniquement estimable, cette production courte, éminemment sympathique, jouit d’une bonne tenue de route quand on parle de sa vieille tôle reluisante en 3D. Cette version contemporaine des Fous du volant, l’esprit fou-fou en moins, est un beau spectacle pour les gamins ; elle n’a rien à envier aux grosses machines du genre où le cynisme a depuis longtemps pris le pas sur la magie.

Evidemment, Planes n’est pas une production pour les geeks qui adorent Monstres & Cie ou Les indestructibles, mais bel et bien une aventure au 7e ciel exclusivement réservée aux mini pousses des salles obscures.

Pricing table with id of "planes" is not defined.