Ensemble de courts-métrages animés de John Halas et Joy Batchelor (de 1953 à 1974) (Grande Bretagne – 0h43)

 

Film « Ciné-Mômes » : 4 euros pour tous

So british 2 affiche uneFilm recommandé à partir de 3 ans

Hommage au célèbre studio Halas et Batchelor à travers quelques-uns de leurs meilleurs courts- métrages d’animation. Vous pourrez notamment découvrir Hamilton, un éléphant qui a une trompette en guise de trompe, une drôle d’histoire du cinéma et le fameux Butterfly Ball sur le tube « Love is all » de Roger Glover (Deep Purple).

L’Orchestre Du Palm Court (1964)
Rien ni personne ne pourrait perturber un orchestre aussi concentré que celui de Palm Court ! Ni la destruction du Ritz, ni le naufrage d’un navire qui fait fortement penser au Titanic, ni les pirates ou le ventre d’une baleine !
Une brillante démonstration des vertus du flegme britannique !

Hamilton Au Festival De Musique (1961)
Hamilton revient ! Notre éléphant à la trompe en trompette et renvoyé de son cirque et devient baby-sitter. Lorsqu’il entend jouer un orchestre, il oublie tout, entraînant les désastreux résultats que l’on peut imaginer…

La Figure De Proue (1953)
Les amours contrariées d’une sirène éperdument amoureuse d’un soldat peint et sculpté dans le bois, figure de proue d’un magnifique voilier.

Les Joueurs (1982)
Les joueurs disputent une partie de tennis. Björn Borg s’oppose à son grand rival des années 1970 : John McEnroe. « Iceborg » (ainsi surnommé pour son sang-froid à toute épreuve) contre le colérique McEnroe. Si les premières balles sont courtoises, bien vite l’envie de gagner prend le dessus avec des moyens de plus en plus imposants (gants de boxe, requin, char égyptien, tank…) !

Automania 2000 (1963)
Un scientifique tente d’améliorer le monde qui l’entoure… en inventant des voitures pour chaque occasion. Drôle de progrès !

Une Petite Histoire Du Cinéma (1957)
C’est au 13ème siècle que le Père Roger Bacon révéla les mérites de la camera obscura. Le cinéma est lui né à la fin du XIXème siècle, mais où exactement ?

Butterfly Ball (1974)
Ce vidéoclip avant l’heure met en scène d’improbables insectes, grenouilles et petits animaux de la forêt, avec pour toile de fond les riches illustrations d’Alan Aldridge. Love is All est tirée de The Butterfly Ball and the Grasshopper’s Feast, album solo produit en 1974 par le bassiste du groupe Deep Purple (célèbre groupe de hard rock britannique), Roger Glover.

Critique « aVoir-aLire.com »

Après les jolis succès rencontrés par les sorties successives de La ferme des animaux, puis d’une première anthologie des courts les plus fameux du studio Halas & Batchelor intitulée So british, vol.1, l’éditeur et distributeur Malavida continue d’exploiter le catalogue prestigieux de la firme d’animation britannique en nous proposant cette fois sept nouveaux courts pour une durée de 50mn particulièrement appropriée aux plus petits. Si nous avions émis quelques réserves sur la légitimité de certains courts présentés dans le précédent opus, ce second volet se révèle nettement supérieur (il n’y a aucun segment faible sur les sept proposés).


Cela démarre très fort avec l’excellent Orchestre de Palm Court (1964) qui a obtenu le Grand Prix de la Mostra de Venise en 1965. En seulement huit minutes, les auteurs parviennent à retranscrire l’originalité des albums dessinés de Gerard Hoffnung et déclenchent l’hilarité en jouant sur le contraste entre l’impassibilité d’un orchestre en train de jouer, tandis que des événements complètement fous se déchaînent autour d’eux. Au passage, les auteurs en profitent pour citer la catastrophe du Titanic, mais aussi des histoires entrées dans l’imaginaire collectif comme celle de Moby Dick. Les enfants riront beaucoup et les adultes seront complices de la malice des auteurs.
On enchaîne sur un nouvel épisode mettant en scène l’éléphant instrumentiste Hamilton. Sur une musique jazzy endiablée, le petit animal sympathique va devoir s’occuper d’un bébé bien encombrant. Le graphisme et l’histoire devraient sans problème séduire les plus petits. Sans doute plus difficile à appréhender, La figure de proue (1953) est un joli essai poétique de 4mn dont la voix off complexe risque de larguer les plus petits, mais ce sont les adultes qui seront immédiatement captés par l’originalité de la technique d’animation.


Le délire animé n’est pas négligé avec Les joueurs (1982) qui est une brillante métaphore sur le sport conçu comme une machine de guerre. Autre court à thèse, le génial Automania 2000 datant de 1963 est une critique acerbe sur les dérives de la société de consommation. L’air de rien, les réalisateurs ont anticipé les cinquante années suivantes en seulement six minutes. Cela fait froid dans le dos. Enfin, un petit versant éducatif viendra donner aux enfants des rudiments sur l’histoire du cinéma en seulement 7mn fort amusantes. Le programme se termine une fois de plus par le clip Butterfly Ball (1974) dont nous avons déjà parlé dans l’article précédent.
Au final, cette anthologie présente toutes les caractéristiques d’un programme riche, éducatif, tout en étant amusant et délirant. Par contre, la complexité de quelques segments le réserve à un jeune public un peu plus âgé que le volume 1.

 

Pricing table with id of "sobritish2" is not defined.